CROIX PRES DU HAUT-MERE ( croix Vayenne, en limite de Nozay et de Vay)


Nature de la croix : c'est une croix à l'intersection de deux chemins, à la limite des communes de Vay et de Nozay mais sur Vay ...pou un mètre !

 

Emplacement: Croix à l'intersection du chemin des Troches (chemin de la Ville-Ville) et du chemin de terre menant au lieu-dit « le Haut-Mérel) à la limite entre les communes de Nozay et Vay. C'est cependant une croix Vayenne mais le village le plus proche est celui du Haut Mérel à Nozay.

 

Descriptif

 

Type de croix : croix latine

Matériaux utilisés : La croix est entièrement en schiste local

Hauteur totale : 2 m 66 cm soit : 1,88 m pour la croix et 78 cm pour le piédestal.

 

Croisillon : Chaque bras fait 11 cm de long. Les bras sont de section carrée( 11 cm x 11 cm) . Les arrêtes des angles  sont biseautées. La partie horizontale du croisillon fait en tout 33 cm.

 

Fût :Celui-ci est très long : 1 m 53. Comme les bras, il est de section carrée (11cmx 11 cm) et les arrêtes des 4 angles sont biseautées.

Il possède une niche, située , tout en bas, à 25 cm de la table. Cette niche est un rectangle évidé sur 4 cm d'épaisseur. Sa largeur est de 6 cm et  sa hauteur est de 20 cm . La partie haute s'ouvre sur une ogive à l' arc brisés très aigu de 7 cm de longueur.

L'originalité de cette croix tient à la présence tout le long du fût de petites croix gravées dans la pierre.Quatre sont identifiables sur le verso de la croix et une est présente au recto de la croix.Mais peut-être, il y a en t'il d'autres cachées sous le lichen.Ces croix sont de forme latine. Le petit bras mesure 4 cm et le grand bras mesure de 8 à 12 cm. Ces croix semblent avoir été gravées par des professionnels et elles ont chacune un dessin propre : petits bras du croisillon brisés ou terminés par  des trous circulaires plus profonds et plus larges … Le fût repose directement dans un habitacle creusé pour elle dans la table monolithique. Il n'y a pas de socle.

 

Piédestal :

-hauteur : 78 cm mais peut-être qu'il est plus haut et qu'une partie est enterrée dans le sol.

-entablement : Cette table est une large dalle carrée de schiste monolithique de 9 cm d'épaisseur et 95 cm de côté.

-soubassement : De forme carrée,très encombré par la végétation, il est difficilement observable. Il semble être fait d'une maçonnerie de gros moellons de schiste (voir peut-être d'autres pierres) liés au mortier de sable et de chaux. A première vue, pas de niche, pas d'ornement. Le piédestal repose directement sur un sol herbeux sans emmarchement.La croix est à un mètre d'un fossé profond.

 

Enclos : La croix n'a pas d'enclos mais marque l'angle- ouest d'un petit bois de feuillus.

 

Historique

 

Date de création : 1859, si la date portée sur la tranche de la table est celle de la création du monument. Cette date gravée est l'oeuvre d'un professionnel, les chiffres plutôt grands (3,5 cm de haut), sont extrémement réguliers et bien dessinés.

C'était une croix des Rogations ...pour la paroisse de Vay !

 

Témoignages 

 

Récupérer le témoignage de Henri-Alexandre Rocher, en 1923.

 

Renseignements donnés par madame Odile Mondin du lieu-dit proche de la « Ville-Ville » : Le chemin de terre menant au Haut-Mérel est sur Vay mais la croix serait nozéenne ! ( février 2017)

Après un contact avec monsieur Guilletoux du lieu-dit : Le Mesnil, tout proche mais sur la commune de Vay, madame Mondin apporte des éléments complémentaires donnés par ce monsieur :

C'est une croix de Vay ! Elle comporte des gravures celtiques (????) et elle est proche d'un petit bois où on pouvait voir jusque dans les années 1990, une tombe fleurie très régulièrement. C'était la tombe d'un vicaire assassiné ( voir croix disparue des Brigands) .C'est au moment du remembrement des terres agricoles de la commune de Nozay que c'est arrêté le fleurissement de la tombe ». Madame Mondin, ne connaissait pas cette tombe et cette histoire de vicaire assassiné. »

 

Témoignage de Jean Guillet, en avril 2017 :

Jean Guillet est né et a vécu, jusqu'en 2017, à Mérel, lieu-dit proche de cette croix :

Pendant ma jeunesse(vers 1950), bien que je passais, de temps en temps, près de cette croix, je n'y prétais pa attention, tant elle disparaissait sous les ronces et les broussailles. »

 

Dessin de Henri-Alexandre Rocher en 1923

 

Les sources :

Analyse de la croix par l'Asphan en février 2017.

 

Témoignages : Odile Mondin , Mr Guilleteau




 

ACCUEIL -  VIDÉOS/PODCASTS - PRESSE - SITES PARTENAIRES - CONTACT

Nota bene : Le site de l'ASPHAN est constamment en évolution, si vous êtes en possession de photos (ou de textes) pouvant nous intéresser, nous vous serions reconnaissant de nous en faire part, afin que nous puissions les scanner et les incorporer au site, avec les légendes ou textes  qui pourraient les documenter, nous vous en remercions d'avance, ainsi que de votre compréhension…