Sources documentaires

 

        Presse régionale, délibérations communales ou départementales et archives de l'Assistance et prévoyance sociale aux Ad 44.

 

Ces différents documents permettent de suivre l'évolution de la carrière politique de M. Alexis Letourneau, de connaître ses prises de position sur les événements qui ont marqué cette période et de voir comment la politique au quotidien. se pratiquait.

 

                                                                       

                                                                        Biographie succincte

 

Alexis Stanislas Marie Joseph Letourneau

 

Né à Nozay le 22 juillet 1866. Parents : Alexis François Marie Letourneau et Marie Amélie Julienne Blanchet

Un frère Georges Stanislas Alexis Marie né le 15 juillet 1869 à Nozay (décédé à Nantes le 16 mars 1947). Prêtre

                    Marié le 27 avril 1890 à Pouancé avec Félicie Marie Eugénie Narbonne.(Ad Maine -et -Loire vue 144, acte 16)

                 

                    Décédé le 23 décembre 1931 à Nozay.

 

 

                    Domicile: La Blanchardière à Nozay de 1904 à 1931

 

                 

                    Deux enfants :

                     Alexis Marie Joseph à Saint-Aubin-des-Châteaux le 2 mars 1891

                     Marié avec Yvonne Louise Jeanne Allard le 6 mars 1918 à Saint-Aignan- sur-Roué (Mayenne). Louise et Alexis sont cousins                                     germains , leurs mères respectives étant sœurs.

                    Guerre 1914-1918 : campagne contre l'Allemagne de 1914 à 1919. Décédé le 4 décembre 1944 à St-Aubin-des-Châteaux.

 

 

                     Félicie Marie Josèphe le 22 janvier 1894 à Saint-Aubin-des-Châteaux,

                     Mariée avec Guy Récipon mais séparée de corps et de biens

                     Décédée en 1974 à Marsac-sur-Don.

 

 

                    Famille aisée de notables nozéens : Blanchet, Bizeul et Letourneau

                    A son décès en 1931, il est le propriétaire d'environ 450 hectares de terres sur Nozay.

 

 

                    Vie professionnelle : Présenté souvent comme propriétaire-éleveur, il anime de nombreuses sociétés agricoles du département                                 comme le Syndicat des Éleveurs de demi-sang ou la Société des courses de chevaux de Nozay. Il préside de nombreux comices                            agricoles et participe comme membre du jury aux concours de l’enseignement agricole.

 

 

Parcours politique 1900- 1914

 

Municipalité de Nozay

                      Les élections municipales se déroulent au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours. Le maire est ensuite élu par le Conseil                                  municipal à la majorité absolue des voix.

 

                     Sur l'ensemble des sept élections municipales à Nozay, M. Alexis Letourneau rassemble toujours plus de 50% des suffrages exprimés et la presque totalité des voix des conseillers municipaux pour l'élection du maire. On peut ajouter un huitième mandat en tant que maire de Louisfert de 1895 à 1900.

                      La comparaison avec les maires des autres communes du canton sur la même période montre que cette longévité n'a rien d'exceptionnel. M. Alexis Ricordeau, maire de Saffré totalise lui aussi sept mandats. M. Louis Gourbil, maire de Vay, est élu maire en 1909 suite à la démission de M. de la Bourdonnaye après un an de mandat.et totalise ainsi cinq mandats consécutifs. M. Yvonnic Guillotin de Courson, maire d' Abbaretz, M. Amand Raimbault, maire de Puceul, M. Pierre Gardé, maire de Treffieux totalisent chacun quatre mandats.

                       A noter que dans trois cas de décès en cours de mandat (M. Letourneau en 1931, M. Guillotin de Courson en 1921, M.Gardé en 1916) , ce sont leurs fils qui sont élus à leur place.

 

                     On remarque aussi une modification dans la nomination des deux délégués au Bureau de Bienfaisance. Il n’y a plus de curé nommé à partir de 1904, le dernier ayant été Forget en 1900. Les deux délégué sont choisis dans la mouvance républicaine :

                    1896 : Prosper Leroux, Joseph Sévère curé

                    1900 : Prosper Leroux, Forget curé

                    1904: André Hainaux et Julien Deluen

                    1908 : André Hainaux fils et Julien Deluen

                    1912 : Paul Hélis et Julien Deluen.

 

Conseil départemental

                    Un conseiller par canton est élu au suffrage universel pour une durée de six ans. Renouvellement par moitié tous les trois ans.

 

                   Cette longévité de mandat se retrouve au Conseil Général. De 1901 à 1919, M. Prosper Leroux est élu trois fois mais en 1919 M. Letourneau lui ravit le siège qu'il conservera lui aussi pendant trois mandats successifs..

 

 

Élections législatives et sénatoriales

                      Il ne réussit pas à être élu député ou sénateur. Sa carrière politique est limitée au département, sa circonscription d’élection étant trop ancrée à droite. (voir carte plus loin)

 

 

M. Alexis Letourneau, témoin de son temps 1900 - 1914

 

                      Comment classer M. Letourneau sur l'échiquier politique de cette période 1900- 1914 ? Les termes qui reviennent le plus souvent sont ceux de républicain ou républicain de gauche. Au cours de cette quinzaine d'années, il s'est trouvé confronter à une série d’événements d'envergure nationale qui ont trouvé leur traduction au niveau local. Le suivi de sa vie politique permet d'approcher et mieux comprendre son action et d’affiner ces qualificatifs.

 

Affaire Dreyfus

 

                         Un incident bénin lors de courses organisées à Nozay par la « Société des Courses » dans le parc du château de la Touche mis à disposition par M. de Maquillé permet de se faire une idée des tensions qui existaient à ce moment. Chaque journal selon sa ligne politique le raconte à sa façon

 

                        Le Phare de la Loire le 26 juillet 1900 : un incident fâcheux

                        Deux courses programmées ce 22 juillet ont été inversées pour permettre aux officiers qui couraient de reprendre le train pour Nantes.M. Letourneau s'étonne qu'on ne l'ait pas consulté en tant que vice-président des courses et se prend de bec avec le commandant des Moustiers-Mérinville, délégué par le ministre de la Guerre pour surveiller les courses militaires et qui proclame que lui seul a le droit de parler et termine par un «tout maire que vous êtes, je vous em...»

 

                       L'Union Bretonne du 3 août 1900 : un scandale

                        Les deux commissaires auxquels le commandant a fait sa demande étaient MM. de Maquillé et du Halgouët. M. Letourneau furieux de ne pas avoir été consulté, se mit à déblatérer contre l'Armée. Des cris de«Vive l'armée » lui répondent tandis que d'autres cris «Vive Letourneau, Vive Dreyfus» leur répondent. «Nous ne faisons pas compliment à M. Letourneau d'avoir entendu son nom accouplé par ses amis à celui d'un traître.»

 

                        Une mention particulière au Nationaliste de l'Ouest du 4 août 1900:

                        Un maire blessé dans son amour propre

                       Quelques extraits choisis :Un incident regrettable pour ce journal que nos confrères dreyfusards n'ont pas manqué de dénaturer. Le maire M. Letourneau, blessé dans son amour propre, sent son cœur de potentat local bondir sous un tel outrage et se met à déverser sa bile en insultant l'Armée et ses chefs. Des cris mais grâce au commandant qui fit comprendre à ses amis que ces gens-là ne méritaient que mépris.

Cette feuille (Le Phare de la Loire) de Schwob le juif / En bon youpin, le dénommé Schwob (directeur du Phare de la Loire) ne craint pas de dénaturer les faits. Ce n'est pas nous qui ferions un grief au patriote qui répondrait au cri de Vive Dreyfus par le mot de Cambronne.

 

Le Nationaliste de l'Ouest du 5 août 1900 explique que les deux principaux protagonistes sont arrivés à un compromis. M. Letourneau déclare n'avoir jamais attaqué les officiers et le commandant reconnaissant avoir été trompé par des gens qui attribuaient à M. Letourneau des propos qu'il n'avait jamais tenus sur l'Armée.

 

                      Le Phare de la Loire du 12 août 1900 publie le droit de réponse du comte du Halgouët, un des commissaires de course justifiant sa décision d'inverser les deux courses sans consulter le vice- président. Il explique que l'article des courses sur lequel M. Letourneau se basait, peut connaître des exceptions ou des interprétations, les commissaires sont seuls juges sur le terrain.

 

                       Ce simple incident révèle bien des fissures idéologiques basées sur l'Affaire Dreyfus, fissures qui s'accentuent selon la tendance du journal jusqu'à devenir comme le Nationaliste de l'Ouest des discours antisémites et nationalistes.

 

 

Séparation Eglise Etat

 

                       M. Letourneau est confronté aux conséquences des trois lois votés la première sur les associations en juillet 1901, la deuxième sur l'interdiction d'enseignement à tous les congréganistes autorisés ou non en juillet 1904 et la troisième la Séparation de l’Église et l’État en décembre 1905

 

                 École privée des filles de Nozay /Christ de la Justice de paix/ les Inventaires/ Legs Dussouchais

 

               Le 25 août 1902, le Conseil municipal émet à l'unanimité un avis favorable à l'obtention de l'autorisation demandée par la congrégation de l'Instruction Chrétienne (Saint- Gildas-des-Bois)

               Cette autorisation est refusée par le préfet et les sœurs doivent quitter et fermer leur établissement de Nozay d'ici le 31 juillet 1903.

Peu d'écho dans les journaux ainsi que dans les compte-rendus du Conseil municipal de Nozay en 1903 et 1904. Cependant cette autorisation refusée va provoquer un conflit inattendu dont va faire les frais le Bureau de Bienfaisance de Nozay dont le président est M. Letourneau :

 

En avril 1904 , le Christ de la Justice de paix a été déposé dans le bureau du greffier selon les ordres du Ministre de la Justice. M. Leroux propose de le placer dans la salle de la mairie ou dans le bureau du maire. Le maire fait voter par 13 voix contre 7 la proposition de le confier à l’Église.

 

En février 1906, l' Inventaire de l'église de Nozay se déroule sans véritables heurts. Des discours du curé, de M. Leroux puis de M de Maquillé, sont prononcés, les manifestants entonnent des cantiques.et tout le monde rentre chez lui, l'Inventaire réalisé.

 

               Un retour en arrière :le 19 octobre 1852, Mme Veuve Dussouchais léguait au Bureau de Bienfaisance de Nozay, divers prairies et terres à charge d'employer le revenu à 1° faire dire deux messes annuellement et à perpétuité pour elle et ses parents défunts 2° à entretenir une ou plusieurs religieuses pour prendre soin des pauvres et des malades indigents de la commune. En 1902, cette deuxième obligation testamentaire ne peut plus être remplie par le Bureau, l'école des sœurs de Saint Gildas étant laïcisée et aucune religieuse n'est employée pour prendre soin des pauvres.( lettre de M. Letourneau au préfet le 21 septembre 1907, Ad 44, 2 X 230).Les héritiers de Mme Dussouchais intentent une action judiciaire contre le Bureau pour inexécution des conditions et réclament la restitution des terres et les revenus perçus en 1905.Le Bureau est condamné à restituer les terres ainsi que les revenus correspondants à l'année 1905 soit une somme d'environ 2 900 francs. M. Letourneau dans sa lettre, précise qu'il a fait tout le nécessaire auprès des congrégations pour obtenir une religieuse mais s'est heurté à une fin de non-recevoir. Les héritiers ont été d'après lui, insensibles à ses demandes et sont responsables moralement du fait que les pauvres seront privés des secours dont ils ont un besoin si grand. Cette restitution du legs ampute la recette annuelle du Bureau de la somme de 589 francs, revenu des prés et pâtures (20% en moins).

 

              Ces quatre événements illustrent cette séparation de l’Église et de l’État. Deux se rapportent plus à des postures politiques (Inventaires et Christ) . Les deux autres ont des effets immédiats dans la vie de la commune.

 

              Première question : Comment seront scolarisés les filles qui allaient à l'école libre( ou privée)? On trouve dans l'annuaire du département le nom d'une institutrice ayant exercé à l'école privée de filles de 1903 à 1923 : Rosalie Gibouin. Elle est dite sœur de Saint-Gildas quand elle enseignait à Clisson en 1894, institutrice congréganiste en 1901 à Saint-Aubin-des-Châteaux et institutrice privée laïque en 1903. Trois qualifications différentes pour une même personne. A-t-elle rompu ses vœux ? Un accord a-t-il été trouvé par M. Letourneau et la congrégation ? (à renseigner)

              Deuxième question : Comment combler la perte de revenu du Bureau de Bienfaisance ? .(à renseigner)

 

Ces événements à Nozay sont peu traités dans la presse régionale. M. Letourneau est cependant pris violemment à parti dans l'Union Bretonne (03/02/1906) comparé à un baron féodal, un Louis XIV nozéen, etc.

 

          M. Letourneau se caractérise par un souci de respecter la loi. Il refuse les protestations de M. Leroux au titre qu'elles sont d'ordre politique mais il est prêt à les signer si celles-ci lui sont présentées en dehors du Conseil municipal. Il sépare nettement la conviction religieuse qui relève du privé et la neutralité religieuse de l' institution communale. Ce n'est pas un anticlérical viscéral, sa participation aux différentes cérémonies religieuses rapportées dan la presse régionale le démontrent .

.

           Dans le fonds «Bouteiller» en possession de l'Asphan, se trouve une transcription dactylographiée d'un échange de courriers entre l'évêque de Nantes et le vicaire de Nozay l'abbé Bourdeaut en mars 1910. Ce document dont il faudra établir la chronologie nous livre un témoignage de la polarisation de la société qui régnait à Nozay suite à la séparation de l’Église et de l’État. L'abbé Bourdeaut rappelle la décision d'excommunication prise à l'encontre des membres de l'association laïque « la Fauvette » coupable d'avoir accepté des biens appartenant à l’Église. Pour lui, il serait possible pour lui de lever cette interdiction en échange du versement d'une somme laissée à l'appréciation de Mme Letourneau pour les malades et infirmes de la congrégation des frères de Plöerrmel. (textes en annexe)

 

          Cette excommunication est confirmée par M. Montoux dans un discours qu'il tient le à Nozay dimanche 2 février1908 pour un banquet de la Ligue des Droits de l'Homme.  

Extrait Phare de la Loire 03/02/1908

             D'un côté,, un prêtre très engagé qui n'hésite pas à utiliser des armes que l'on qualifierait maintenant de rétro, un abbé et un évêque qui suggèrent de «calmer» le jeu par une transaction qui ne porte pas ce nom et de l'autre une famille , celle des Letourneau qui présent la caractéristique d'avoir un pied dans chaque camp : Mme Letourneau mère, catholique pratiquante, son fils Alexis, républicain et maire charger d'appliquer la législation, président d'honneur de la la Fauvette, société mise en accusation par le prêtre et enfin son frère l'abbé Georges, auquel il est rendu hommage pour son action et son dévouement à l’Église.

 

 

 Conflit social: la grève des ouvriers carriers de Nozay

 

             A l'été 1904, un conflit éclate à Nozay entre les ouvriers carriers et leurs patrons.

            Pour résoudre ce conflit, une société à l'initiative de M. Letourneau, M. Alexandre Firmin Montoux est créée : la Société coopérative anonyme des Carrières de Nozay, à capital variable d'une durée de 99 ans à partir du six novembre 1904. Les statuts sont déposés chez Mr Mary, notaire à Nozay, le 4 novembre 1904.

 

Objet de la dite société : extraction, taille, transport, vente, achat, revente des pierres de schiste et toutes autres opérations se rattachant au commerce des pièces dites de Nozay

Siège social : Nozay

 

Capital primitif : cinq mille francs en deux cents actions de vingt-cinq francs chacune. Les deux cents actions ont été entièrement souscrites par 38 personnes pour un total de 4372.50 francs.

 

Actionnaires : actionnaires ordinaires propriétaires d'actions / actionnaires employés ou ouvriers employés au service de la société ou ouvriers associés

 

           Le six novembre 1904, l'Assemblée Générale Constitutive se tient à la mairie de Nozay pour nommer les membres du Conseil d'administration et ceux des Commissaires des Comptes :

M. Alexis Letourneau fils, M. Alexandre Firmin Montoux, M. André Hainaux fils, M. Julien Deluen, M. François Gledel, M. Pierre Robert et M. Joseph Braud. (Ces trois derniers sont carriers)

Commissaires des comptes : M. Jean-Marie Legal, secrétaire de mairie, et M. Désiré Franchineau, chef de pratique à GrandJouan

Alexis Letourneau est élu président.

 

37 actionnaires forment la base de cette société dont 18 carriers possédant 30 actions sur les deux cents émises. .

 

Quelques points retenus dans les articles de cette association :

 

Conditions de vote pour une prise de décision en Assemblée générale (articles 33 à 41) :

Les votes des participants ne sont comptabilisés que si leurs actions sont entièrement libérées.

En 1904, la majorité des ouvriers carriers ne disposent que d'une action dont ils ont payé le dixième, le solde étant retenu sur chaque paie pour un montant de 5% .soit environ six mois pour régler le complément.

Chaque actionnaire ne possède au maximum que 20 voix même si le nombre d'actions qu'il possède est supérieur.

MM. Letourneau, Montoux et Hainaux sont crédités de 89 actions à eux trois et .Julien Deluen 10.

Une décision est validée si 1/3 des actionnaires présents possède ¼ du capital social. Les quatre précédents actionnaires possèdent plus du quart requis. Il ne leur reste qu'a convaincre une dizaine d'actionnaires pour valider une décision. Les ouvriers carriers en 1904 ont une trentaine d'actions soit 750 francs moins du quart du capital de la société.

Sans document complémentaire et en poussant le raisonnement à son bout, on peut dire qu'il est possible que l'Assemblée prenne des décisions sans l'avis des carriers .

 

Répartition des bénéfices, Fonds de réserve et caisse de solidarité (articles 42 à 52) :

 

Les sommes consacrées à la retraite des ouvriers associés ainsi qu'aux intérêts à 4% l'an par action libérée ,seront comptées dans les frais généraux et charges sociales.

30% des bénéfices formeront le fonds de réserve de la société qui ne dépassera pas 5000 francs.

30 autres % iront aux ouvriers associés qui auront fourni un travail personnel à la société.

             5% aux administrateur et 5 autres % au directeur, aux chefs de service et aux commissaires aux comptes.

.         En novembre 1904, M. Letourneau organise un banquet à l'occasion de la création d'un comité républicain à Nozay. Dansson discours, il donne les raisons qui l'ont amené à fonder cette société. Pour lui, l’alliance du capital et du travail résoudra les problèmes sociaux.et cette mutualisation améliorera les mœurs de la classe ouvrière (Phare de la Loire 29/11/1904).

 

 

               Sur les 18 carriers actionnaires de la fin 1904, quatre ont en 1906 un autre employeur carrier de Nozay et cinq nouveaux noms de carriers sont mentionnés dans le recensement de 1906 comme travaillant dans cette coopérative. Soit 19 carriers en 1906.

 

 

 

               Dans le même moment, une coopérative ardoisière à St-Vincent-des-Landes est créé par des ouvriers sur un terrain loué par M. Chatellier, médecin à St-Vincent-des-Landes mais aussi ancien maire, conseiller d'arrondissement et conseiller municipal. Ceci est évoqué d ans un article de l'Union bretonne du 5 mai 1906 dont cet extrait permet d’apprécier l'atmosphère du moment.

           

              Il est difficile de suivre les activités de cette société. Il est établi qu'elle a réalisé la pierre tombale de Pierre Gaulay, décédé pendant la manifestation à Nantes du 14 juin 1903 contre la procession de la Fête-Dieu. Rupture d'anévrisme vu son âge (73 ans) ou victime de coups violents (avérés) portés par des adversaires nationalistes ou catholiques ? Il était républicain convaincu, doyen de la fédération socialiste nantaise, libre-penseur, peintre en bâtiment et gérant du journal nantais: « Le Réveil Social ». Un profil insupportable pour les conservateurs.

             

                   Cette société mentionnée dès 1905 dans l'Annuaire général de la Loire- Inférieure ne l'est plus en 1912. Elle n'est pas mentionnée comme employeur dans le recensement de population de 1911. La majorité de ses carriers est employée chez les patrons carriers de Nozay, les mêmes, à peu de chose près qu'en 1904. Une période d'activité de six ans au plus pour cette société dont il faudrait avoir plus de documents pour comprendre les raisons de sa dissolution

 

 

Mutualité

 

                   En plus du bureau de Bienfaisance existant depuis la première moitié du 19° siècle (budget spécifique mentionné en 1840), il existe à Nozay deux autres sociétés de secours mutuels:

                   La première la Société de secours mutuel de Nozay créée entre 1875 et 1878, à l''initiative de MM. Barbier, Blanchet(grand-père d'Alexis) et Mary Elle reçoit une subvention municipale annuelle de 100 francs jusqu'en 1906 puis 150 francs par la suite. Cette société reçoit aussi des legs comme celui de M. de la Noue-Billaut d’un montant de 1000 francs en 1899 ou des subventions du Conseil Général. Son activité principale est de donner une indemnité de secours en cas de maladie. Accessoirement, en fonction de ses ressources, aider à constituer un fonds de retraite pour la vieillesse.

                  En 1901, une Société scolaire de secours mutuels et de retraite du canton de Nozay est créée et enregistrée en préfecture, le président en est M. Letourneau.

 

 

Extrait des recueils des actes administratifs de la Préfecture de la Loire Inférieure

 

            Cette société a pour but de palier à l'insuffisance des sociétés de secours mutuels dans le domaine des retraites. Pour cela, elle se fonde sur les enfants scolarisés de l'école primaire à qui ,pour ceux dont les familles acceptent le principe, on donne un livret de retraite sur lequel une petite somme est versée par semaine ( exemple de cinq centimes pour le fonds commun de solidarité et cinq centimes pour le livret personnel de retraite à Paris(source Les sociétés scolaires de secours mutuels et de retraite Paul Beurdeley 1892))

 

              Un fil rouge sous-entend cette évolution du traitement des problèmes sociaux de l'assistance aux pauvres ( la maladie, les accidents du travail, la retraite ou le décès) : la charité est le maître mot de ces actions. Ce n'est que progressivement qu' une notion de mutualité se fera jour et encore sera-t- elle sous tendue par l'idée que les ouvriers ne peuvent par eux-mêmes s'en sortir ( tendance à boire très souvent évoquée). Le curé est presque d'office appelé à siéger au Bureau de Bienfaisance et cela jusqu'en 1904. Au niveau national, une protection sociale se met en place certes de façon laborieuse, longue et inégale au cours de cette période. Le regard change et l'on passe progressivement du mendiant vivant de la charité à l'indigent recevant des secours puis à un statut plus digne et autonome de sociétaire de société mutualiste. Deux lois importantes, 1898 sur les accidents du travail et 1910 sur les retraites ouvrières sont votées mais ne seront réellement appliquées qu'après la Première Guerre mondiale ce qui montre la lenteur du processus.

 

 

Extrait du budget de 1907 du Bureau de Bienfaisance de Nozay

 

               On arrive ainsi à préciser les caractéristiques de M. Letourneau républicain :  respect de la légalité, état laïque et liberté de pensée, fraternité par l'action des mutuelles. On pourrait ajouter philanthropie et conciliation, ce qui ajoute à cette ressemblance avec les révolutionnaires de 1789.

 

 

Élections communales de 1900 à 1912

 

           La virulence des articles suivent le calendrier électoral, s'animent à ce moment puis l'étal réveillé de temps en temps par un incident

 

 

           1900

 

           Année de rupture. Pour trente ans, la liste républicaine l'emportera à chaque élection municipale sur la liste qualifiée selon les journaux de royaliste, libérale ou réactionnaire. M.Alexis Letourneau sera élu au fauteuil de maire de façon continue et nette jusqu'en 1931. Il retrouvera par contre ses adversaires politiques MM. Prosper Leroux et de Maquillé lors des élections au Conseil d'arrondissement de Châteaubriant ou au Conseil général de Loire Inférieure.

          Prosper Leroux est élu le 9 juillet 1900 comme conseiller général en remplacement de Delanoue-Billault décédé.

          Alexis Letourneau, ancien maire de Louisfert (1895-1900), se présente en mai 1900 aux élections municipales à Nozay où son père était déjà conseiller municipal. Il se classe huitième sur 23 par le nombre de suffrages exprimés (606 voix) mais reçoit le soutien de 18 conseillers municipaux sur 23 pour l'élection au fauteuil de maire. MM. Hainaut et Montoux deviennent premier et deuxième adjoints.

          Pour les journaux «républicains», c'est une défaite retentissante pour le parti réactionnaire mené par M. de Maquillé. L'arrivée de M. Letourneau à Nozay a fourni l'appoint qui manquait à M. Barbier pour remporter la victoire, le but indirect étant entre autre d'avoir l'ensemble du canton de Nozay.

        L'unanimité n'est pas générale car deux conseillers Prosper Leroux et Félix Aillet dénoncent leurs inscriptions sur la liste d'opposition sans leur accord. Ils sont arrivés en deuxième et troisième position aux élections.

 

          1904

 

 

         Aux élections municipales de mai, la liste de M. Letourneau devance nettement celle de M. de Maquillé . M. Letourneau se classe troisième par le nombre de suffrages exprimés (785 voix). Un second vote a lieu pour les trois sièges en ballottage et sont élus(d'après le Phare de la Loire trois réactionnaires, d'après le Nouvelliste trois libéraux) : MM. Prosper Leroux, Pierre Tardivel et Paul Monnier. Il semblerait que les candidats puissent figurer sur des listes différentes (Le Nouvelliste du 5 mai 1904)

        M. Letourneau obtient le vote de 18 conseillers municipaux sur 21 ( MM Leroux et Allard de Grandmaison absents non excusés) pour l'élection au fauteuil de maire. MM. André Hainaux et Julien Deluen deviennent premier et deuxième adjoints. M. Allard de Grandmaison est inscrit sur la liste de M. Letourneau.

       Une nouvelle polémique par journaux interposés se déclenchera à l'occasion de la création de la Société des carriers de Nozay.

 

 

        1908

 

        Des deux listes en présence, la liste républicaine ou blocarde selon l'opinion, de M. Letourneau, l'emporte sur celle libérale ou conservatrice. 23 élus mais surprise trois candidats libéraux sont inscrits sur la liste républicaine : MM. Leroux, Corbin et Houssais . Ils obtiennent de plus grand nombre de voix(782, 806 et 916 voix alors que M. Letourneau n'en compte que 628). M. Letourneau est élu maire avec 21 voix sur 23 donc un élu libéral a voté pour lui.

 

 

         1912

 

        Temps calme dans la presse régionale. La liste républicaine unique est élue. M. Letourneau recueille 813 voix sur son nom et arrive en huitième position. Les deux opposants libéraux de 1908, MM. Corbin et Houssais, figurent sur cette liste. M. Leroux ne se représente pas. M. Letourneau est élu maire avec 20 voix sur 21.

 

 

Environnement politique 1900 -1914

 

 

         Six communes constituent le canton de Nozay: Abbaretz, Nozay, Puceul, Saffré, Treffieux et Vay.

 

 

         Au niveau communal :

 

 

         Nozay et Saffré sont dirigés par des maires républicains : Alexis Letourneau à Nozay depuis 1900 et Alexis Ricordeau à Saffré depuis 1904 mais commune déjà dirigée par un maire républicain Michel Craheix

 

          Abbaretz ,Puceul, Treffieux et Vay sont dirigés par des maires classés à droite :

                            Guillotin de Courson (1900 à 1919) pour Abbaretz

                            François Bidaud (1900 et 1904 ), La Bourdonnaye(1908) et Louis Gourbil (1909,1912) et 1919 pour Vay

                            François Monnier (1900 à 1912) à Puceul. M. Raimbault. républicain en 1912

                            Pierre Gardé (1900 à 1919) à Treffieux

  

 

         Au niveau de l'arrondissement de Nozay :

 

                1904 Guillotin de Courson et François Monnier

                1910 Guillotin de Courson et Pierre Gardé

                1919 Amand Raimbault et Emile Lemasson

                Jusqu’en 1919, la tendance conservatrice contrôle l'arrondissement.

 

 

       Au niveau départemental :

 

       M. Prosper Leroux est élu conseiller général sans interruption de 1900 à 1919. M. Letourneau se présente en 1907 mais est battu ( 2210 voix contre 2098 voix).Il sera élu pour la première fois en 1919 et réélu sans interruption jusqu'en 1931. M. Prosper Leroux est nettement dans l'opposition au maire de Nozay. Il dénonce l' inscription de son nom sur la liste de M. Letourneau sans son accord en 1900 et donne son soutien à M. de Maquillé le maire sortant considéré comme conservateur.

 

        Au niveau national :

 

        La circonscription de Châteaubriant à laquelle appartient Nozay, envoie régulièrement un député de «droite» Charles Ginoux Defermon (1901 à 1928 soit sept mandats successifs).D'après ses professions de foi successives, il est « partisan d'un gouvernement honnête, respectueux de toutes les libertés et de la volonté nationale ». Il veut « le respect et la défense de la famille, de l'armée, de la propriété et de la religion ». (Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940, Jean Jolly).

 

       Une carte très représentative publiée par les Archives départementales 44 dans le cadre de leur exposition sur la Loi de 1905 montre les circonscriptions tenus par des conservateurs (bonapartistes ou royalistes)

 

 

 

 

 

 

            La situation pour un républicain nozéen de 1900 à 1914 n'est pas favorable. Comme il a été vu plus haut, seules deux communes sont «républicaines», une troisième Puceul le deviendra en 1912 dans des conditions étonnantes, car «le Conseil municipal mi- réactionnaire mi- républicain »et «qui croyait M. Rimbaud réactionnaire» élit un maire républicain ( Le Populaire 22 mai 1912). L'arrondissement et la circonscription de Châteaubriant sont tenus sur cette période par des conservateurs. Le régime républicain a des assisses encore fragiles dans ce département.

 

Politique au quotidien

 

 

     Pour changer cet état de minorité, les républicains s'organisent en comités républicains Celui de Nozay est créé en novembre 1904 et célébré par un banquet de 350 convives (Phare de la Loire 29 novembre 1904). M. Letourneau en est le président. Il en existe une quarantaine en 1904 qui adhèrent à la Fédération départementale républicaine démocratique. L'idée est de couvrir le département de comités communaux puis cantonaux qui recoupent les circonscriptions électorales législatives. Des moyens de propagande sont définis: Un journal acheté ( le Progrès de la Loire Inférieure), des brochures, des réunions et des conférences. Il n'est pas précisé dans ces moyens, le rôle joué par le régime républicain, qui par l'intermédiaire du préfet, soutient l'unité des républicains en les aidant à s'organiser

en comités. Quand le préfet organise une visite à Nozay, le maire lui présente les conseillers municipaux, les fonctionnaires et les membres du Comité républicain. Le devoir de réserve de notre époque n'est pas encore pratiqué. A noter qu'il existe tout un tas de comités de tous les horizons politiques.

 

 

        Ces comités s'animent pour la préparation et déroulement des élections, de manifestations patriotiques ou de conférence. Les discours ou professions de foi des candidats sont reprises dans les journaux en particulier « le Phare de la Loire», journal républicain,

 

      En novembre 1904, lors du banquet organisé pour fêter la création, du Comité républicain de Nozay, M. Letourneau explique le pourquoi de son ralliement à la République et les idées qui s'ensuivent( deux extraits de son discours au banquet en novembre 1904 Le Phare de la Loire du 29 novembre 1904)

 

 

 

                                 1) Lutte contre la réaction qui ne favorise par la liberté, l'égalité et l fraternité:

 

 

2) Allier le capital et le travail, la conduite et la raison pour permettre de résoudre les problèmes sociaux

 

           Pour lui, la notion de propriété est le fondement de la société. C'est un homme de raison et d'action légitime. Il est selon les sources, considéré comme un républicain ou républicain de gauche.

 

 

           Les discours de M. Letourneau, sont souvent construits autour des principes de la Révolution de 1789, comme ceux des républicains du département où les guerres de Vendée ont laissé lune empreinte profonde encore sensible de nos jours. Ces discours sont déclinés en fonction de la culture et l’imagination de chacun. Un vocabulaire très ancré dans cette période est utilisé et les oppositions se dessinent facilement : la liberté contre le servage, l'instruction contre l'abrutissement , la fraternité contre l’égoïsme, la République contre la réaction, etc. Le thème de l'union indispensable des républicains pour les élections y est aussi développé. De temps à autre quelques coups de griffe sont distribués à l’extrême- gauche comme quoi l'unité n'est pas si évidente que ça.

 

           Sa position par rapport à l’Église est clair : Pas de religion d’État et liberté de conscience. Il n'est en rien outrancier dans son comportement comme on peut s'en rendre compte dans les événement suivants :

                     Le Conseil municipal de Nozay vote le 25 mai 1902 un avis favorable à la demande de la congrégation religieuse de l'Instruction Chrétienne d'ouverture d'un établissement.

                     En juin 1903, il regrette qu'on n'ait pas tenu compte de cet avis, rend hommage aux sœurs de Nozay «qui ont su gagner et conserver la sympathie des familles».

                      En février 1904, le crucifix de la salle d'audience de la Justice de Paix est confié, suite à la décision du Conseil municipal , à l'église et non déposé dans le bureau du maire ou dans la salle des séances du Conseil municipal. comme l'aurait souhaité son opposant M. Prosper Leroux. M. Letourneau ajoute dans le compte rendu du Conseil municipal «qu''il sait bien en agissant ainsi, certains de ses adversaires politiques donneront une fausse interprétation à ses paroles et s'en serviront pour le calomnier comme cela a déjà été fait l'an dernier au moment du départ des sœurs.». Ce en quoi, il ne se trompait pas (voir 'Union Bretonne du 8 août 1903 et Le Nouvelliste des 13 et 24 avril 1904)

 

 

             L'armée n'est pas oublié et M. Letourneau ne manque pas de la glorifier comme à la Sainte-Barbe à Nozay où il compare les sapeurs-pompiers à l'Armée et termine ses discours par un vibrant «Vive l'Armée !Vive la France.!»

 

            Ses discours sont aussi prononcées à l’occasion des manifestations organisées pour divers événements comme les créations de comités républicains. la célébration du 14 juillet, l'organisation du suffrage universel, l’Ecole laïque mais aussi le Conseil de révision, les remises de médailles, l'inauguration d'un nouveau bâtiment, les enterrements, etc.

 

            On retrouve très souvent les mêmes personnes: M. Letourneau,, M. Montoux, directeur de l’École d’Agriculture de GrandJouan, M. Orion, juge de paix à Nozay .Ce sont eux qui tiennent des conférences populaires et cours pour adultes qui à Nozay se déroulent souvent à la salle des fête de la mairie. Les sujets sont divers mais souvent un thème agricole est développé comme « la vie des plantes et des animaux»,« les engrais» ou « l'Astronomie ». D'autres conférenciers les complètent sur le canton :

            Depuis 1900, M. Caillaud, instituteur à l'école de la Ville-au-Chef a organisé un cours d'adultes et des conférences populaires qui se tiennent en hiver. L’École de GrandJouan fournit de nombreux conférenciers (MM. Montoux, Burnouf, Larbalétrier, Boissot, Thomas et Roux).

            D'autres conférenciers interviennent aussi dans l'arrondissement avec des thèmes politiques ou historiques: «Pourquoi sommes nous républicains», «Les lois de la république» (M. Gillet) ou «Journée du 24 février 1848»(M. Antony Audrain, avocat à Nantes)

           Des représentations cinématographiques ont lieu (M. Chédorge de Nantes en février 1912 )

 

 

Critiques à l'encontre de M. Letourneau

 

 

                                  Critiques à droite des journaux tendance royalistes

     A la lecture des articles de la presse conservatrice, chaque réunion de comité suscite un article critique plus ou moins subtil comme par exemple ces quatre extraits à propos de M. Letourneau :

 

 

 

           

                        Lettre ouverte à M. Letourneau par M. Monnier le 8 avril 1905. M. Monnier est conseiller municipal de Nozay.

 

 

 

          Union Bretonne 22 juillet 1905

 

                                                                                             Le Nouvelliste 3 août 1905

Le Nationalistz 15 avril 1906
Le Nationalistz 15 avril 1906

 

                                                       Critiques à gauche du journal «l'Avant-garde » de Nantes

 

           Un seul journal retrouvé sur Gallica : « l'Avant-garde de Nantes et de l'Ouest, organe de propagande républicaine et socialiste » dont les critiques sont souvent du même niveau que celles de ses adversaires politiques de droite mais en les intégrant dans une vision marxiste de la société. M. Letourneau a ainsi droit à des critiques négatives  vu ses origines sociales.

 

Avant-Garde le 12 juillet 1903
Avant-Garde le 12 juillet 1903
Avant-Garde de Nantes le 13 avril 1904
Avant-Garde de Nantes le 13 avril 1904

   

 

 

 

Avant-Garde de Nantes le 13 avril 1904
Avant-Garde de Nantes le 13 avril 1904

 

         Les discours de M. Letourneau ne sont pas cependant aussi polémiques que ceux de ses adversaires. Il est offensif, rappelle, non sans ironie, à ses adversaires les fondements de leur religion mais le fait en retenue comme dans l'exemple suivant :

         Le 31 décembre 1905, un groupe de catholiques de Nozay publie dans le « Nationaliste de l'Ouest» une lettre ouverte adressée à M. Letourneau à propos de la conférence qu'il a tenue le 10 décembre à la Chevallerais.. Extrait :

 

 

 

 

M. Letourneau leur répond par l'intermédiaire du Phare de la Loire le 6 janvier 1906. Extrait 

 

   Vie professionnelle

 

           De nombreux articles lui sont consacrés notamment pour son engagement dans les divers concours et chroniques hippiques, les concours agricoles ou la remonte pour l'Armée. Son activité d'éleveur se traduit par sa participation à de nombreuses sociétés comme la Société Sportive de l'Ouest, le Syndicat des Producteurs de bétail de la Loire Inférieure , la Société Départementale des Agriculteurs de la Loire Inférieure ou la Société des courses de chevaux de Nozay etc .

 

           La profession de M. Letourneau, propriétaire-éleveur, l'amène à fréquenter les champs de course du département. Il y fait courir ses chevaux et remporte de nombreux prix. Les journaux rapportent avec plaisir la liste des différentes personnalités présentes. Le préfet, le général, le conseiller général, le député, le maire et autres s'y côtoient. Comme les courses sont fréquentes, qu'on retrouve souvent les mêmes personnalités, on ne peut s'empêcher de penser qu'un réseau informel de relations se met en place. A Nozay, M. Letourneau est vice-Président de la Société des Courses de Nozay dont le président est M. de Maquillé son adversaire politique.

 

 

                                                                                       Conclusion

 

            Sur cette période quelques ville importantes passent aux républicains comme Châteaubriant en 1908 mais le rapport de force dans les campagnes de cet arrondissement r este en faveur des conservateurs. Les comités multiplient les initiatives mais n'ont pas le succès escompté. M. Letourneau, malgré l'énergie déployée, ne parvient pas à «gravir» les échelons politiques. Il est maire de Nozay, toujours réélu largement ce qui est déjà une victoire en soi. Si on se risque à le décrire en tant qu'homme politique, c'est un patriote, légaliste, humaniste, anticlérical dans sa notion de l’État et partisan du consensus.

 

 

              A remarquer que les femmes sont totalement absentes de cette histoire. Une seule mention de M. Letourneau qui remercie l'épouse de M. Caillaud pour son aide aux  conférences. Aux banquets, sauf erreur, il n'y a que des hommes. Les femmes sont mentionnées pour leurs toilettes sur les champs de course. Une mention particulière à M. Montoux qui nous renseigne sur la mentalité masculine du moment :

 

 

 

Phare de la Loire 19 juin 1907
Phare de la Loire 19 juin 1907

 

 Fin de la première partie.

Travail réalisé par M. Passalacqua et publié le 28 novembre 2023 sur le site de l'Asphan.



 

ACCUEIL -  VIDÉOS/PODCASTS - PRESSE - SITES PARTENAIRES - CONTACT

Nota bene : Le site de l'ASPHAN est constamment en évolution, si vous êtes en possession de photos (ou de textes) pouvant nous intéresser, nous vous serions reconnaissant de nous en faire part, afin que nous puissions les scanner et les incorporer au site, avec les légendes ou textes  qui pourraient les documenter, nous vous en remercions d'avance, ainsi que de votre compréhension…