Présentation des propriétaires des moulins de Puceul de la Révolution à 1950

 

 

                                                          Emplacement des moulins
Emplacement des moulins

 

 

      Trois moulins à vent sont répertoriés en 1789 : Bohallard, le Bois-Jahan et le Moulin Neuf.

 

 

                                                         Le premier moulin de Bohallard, parcelle A 6, Révolution - 1875

 

tableau simplifié des propriétaires successifs du premier moulin de Bohallard

dates

Nom des propriétaires successifs De:

 

 

Nom des propriétaires successifs A:

 

Mode d’acquisition

14/09/1802

Ad 44

4 E 55 1

 

 

Julien Bidaud et son épouse Jeanne Baudouin

 

Mathurin Baudouin père

Achat 1/3 pour 800 francs

25//03 /1811

Ad 44

4 E 66 14

 

Joseph Lefeuvre et Renée Baudouin

Pierre Ballu

Achat 1/3 pour 580 francs

29/04/1811

Ad 44

3 Q19 182

Pierre Ballu

Mathurin Baudouin père

Achat 1/3 pour 652,43 francs francs

10/01/1830

Ad 44

4 E 65 39

 

Succession Mathurin Baudouin père

 

Mathurin Baudouin fils

Il récupère 2/3 puis 2 fois 1/6

 

15/09/1854

Ad 44

3 U 2 400

Mathurin Baudouin fils

Joseph Plantard

Achat par adjudication

pour

3 800 francs

 

28/01/1856

Ad 44

4 E 65 73

Joseph Plantard

Jean Pasgrimaud

Achat pour

4 500 francs

Le moulin est démoli en 1875 pour passage à la voie publique.

 

 

 

 

      Sur le cadastre daté de 1828, ce moulin est présenté comme appartenant à Mathurin Baudouin, meunier pour 2/3 et Lefeuvre Joseph, laboureur pour 1/3.

 

     Les actes notariés antérieurs à 1828 concernant ce moulin permettent de préciser cette répartition:

Le 18 juin 1801 (29 prairial an 9), Julien Bidaud, farinier et sa femme Jeanne Baudouin demeurant à Saffré, afferment pour une durée de six ans à Pierre Hamon, farinier demeurant à l'Hôtel Ferrand , le tiers du moulin à vent de Bohallard pour la somme annuelle de 100 francs. Il est précisé dans l'acte que c'est Jeanne Baudouin qui est la propriétaire du moulin. On peut supposer que « tiers de moulin » renvoie au règlement d'une succession ou d'un partage anticipé.1

Julien Bidaud et son épouse Jeanne Baudouin sont aussi propriétaires par un contrat d'afféagement du moulin de la Praie à Saffré signé en 1786.2

Le 14 septembre 1802 (27 fructidor an 10), vente par Julien Bidaud et Jeanne Baudouin de ce tiers de moulin à Mathurin Baudouin, farinier pour 800 francs. Sans pour l'instant pouvoir préciser si un lien de parenté existe entre Jeanne et Mathurin.1

Le 17 septembre 1802 ( 30 fructidor an 10), Joseph Lefeuvre et sa femme Renée Baudouin afferment au tiers le moulin pour 5 ans à Mathurin Baudouin, farinier, frère de Renée pour 75 francs par an.1

Le 25 mars 1811, Joseph Lefeuvre et sa femme Renée Baudouin vendent le tiers du moulin et de l'enclos à Pierre Ballu pour 580 francs.

Le 29 avril 1811, Pierre Ballu cède ce tiers du moulin à Mathurin Baudouin pour 652,43 francs.3

Mathurin Baudouin est marié en premières noces avec Marie Fraboul décédée le 13 pluviôse an 9 (ou 31 janvier 1803), puis en secondes noces avec Marie Moulin le 6 février 1806, tous ces événements à Puceul.

Fin 1811, Mathurin Baudouin père est propriétaire au moins des 2/3 du moulin. Il décède le 16 juin 1813 à Puceul à l'âge de 62 an, sa femme en ayant 35.

L'enregistrement de son décès en décembre 1813 nous apprend qu'il était en fait propriétaire du moulin en entier : en propre propriétaire d'un tiers du moulin de Bohallard en 1801mais aussi d'un deuxième moulin construit peu avant 1813 à côté du premier moulin, chacun d'un revenu de 100 francs. Il a acquis pendant son premier mariage (voir ci-dessus) un deuxième tiers du moulin de Bohallard d'un revenu de 75 francs.Le dernier tiers est acquis en 1811 (voir ci-dessus) lui aussi d'un revenu de 75 francs.4

Sa succession est réglée en 1830. Mathurin fils du second mariage hérite (en simplifiant) du Vieux Moulin et Jacques fils du premier mariage hérite du Moulin Neuf (sans entrer dans les détails de cet héritage car enfants de deux mariage plus part de sa deuxième femme plus biens propres de chaque époux). Avant cette succession, l'ensemble des biens était en indivision entre Marie Moulin, Jacques, Mathurin et Marie Baudouin épouse Bricaud. De quand date ce Moulin- Neuf ? La date donnée par le cadastre de construction nouvelle d'un moulin à vent en 1837 pose un problème : en 1813, il est mentionné un deuxième moulin récemment construit. La succession de 1830 indique que Jacques hérite de ce moulin appelé le Moulin Neuf. 5

 

En suivant les mutations successives de ce moulin, la taxe à payer est toujours de 120 francs .Si on recoupe avec la succession de Mathurin Baudouin qui mentionne en 1813 un autre moulin à vent construit depuis peu à côté du premier 6,donc deux moulins au même endroit comme au Moulin du Bois Jahan ?

 

Mathurin Baudouin fils se retrouve en mauvaise posture en 1854. Le Vieux Moulin est vendu suite à un défaut de paiement d'une créance de 350,57 francs due à des marchands de Blain ce qui entraîne une décision de justice d'expropriation forcée et une vente aux enchères la même année.7

. Ce moulin sera démoli en 1875 pour passage à la voie publique.

Source Archives départementales 44 :

1: 4 E 55 1 / 2: 4 E 65 139 / 3: 3 Q 19 182 / 4: 3 Q 19 203 /

 

 5: 4 E 65 39 / 6: 3 Q 19 203) / 7: 3 U 2 400

 

            Un autre moulin, parcelle A 12, 1813-1898

 

tableau simplifié des propriétaires successifs du deuxième moulin de Bohallard

 

dates

 

Nom des propriétaires successifs

De:

 

 

Nom des propriétaires successifs A:

 

Mode d’acquisition

 

 

Mathurin Baudouin père

Construction nouvelle avant 1813

10/01/1830

AD 44

4 E 65 39)

 

Mathurin Baudouin père

 

Jacques Baudouin

Succession

14/08/1853

AD 44

4 E 66 48

 

Veuve de Jacques Baudouin et ses héritiers

 

Emmanuel Hardoux et Anne Provost son épouse

Achat par adjudication pour 6 000 francs

25/06/1859

AD 44

4 E 65 79

Emmanuel Hardoux et Anne Provost son épouse

Jean Baptiste Courgeon

Achat pour

6 000 francs

11/01/1860

AD 44

4 E 65 81

Jean Baptiste Courgeon

Marie Poirier veuve Renard

Achat pour

6 000 francs

29/10/1862

AD 44

4 E 65 86

Marie Poirier veuve Renard

Époux Brard

Achat pour

5 000 francs

1882

(cadastre)

Époux Brard

 

Julien Breger

 

?

1898

(cadastre)

Julien Breger

Jean Josse

?

Démolition en 1898 (cadastre)

 

Toujours à propos de la date de construction de ce moulin en 1837 d'après le cadastre. Jacques Baudouin donne à bail le 3 février 1823 à Pierre Perraud et Jeanne Leray, le Moulin Neuf situé à Bohallard. pour 220 francs par an.8

Changement de fermiers le 18 septembre 1825 : François Perrinel, farinier demeurant à Grand Lande. 150 francs de bail par an les deux premières années puis 200 francs les suivantes.

En 1853, ce moulin est vendu aux enchères suite au décès de Jacques Baudouin et comme règlement de succession.

 

Ce moulin est démoli en 1898.

Source Archives départementales 44 : 8: 4 E 65 32

 

 

 

Moulin de Bois Jahant, parcelle A 381, Révolution - 1870

      Le propriétaire noble Du Matz, étant sur la liste des émigrés voit tous ses biens confisqués dont le moulin à vent de Jahan.

     Ce moulin est acquis par Mathurin Baudouin le 9 septembre 1796 ( 23 fructidor an 4) .

     Le moulin est sommairement décrit «ayant ses tournants et virants et ustensiles propres au moulage dont la couverture en bois doit être faite à neuf: la meule appartenant à la République n'ayant que trois pouces d'épaisseur, le surplus étant au citoyen Perinelle, fermier»

L'ensemble du moulin, de la maison de meunier, du jardin et des terres est évalué en revenu annuel à 212 francs soit un capital de 3656 francs. Dans le compte-rendu du 9 septembre 1796 (23 fructidor an 4) de la vente de biens nationaux à Mathurin Baudouin , ce dernier est déclaré farinier et habitant au moulin de Bohallard. Il achète le moulin pour 3 956 livres. Le décompte pour acquisition de biens nationaux clos le 22 mars 1813 détaille comment il a réglé son achat dans le cadre de la loi du 18 mars 1796 (28 ventôse an 4). Ce bien est payable en 16 mois au moyen des mandats En tenant compte de la valeur théorique et de la valeur réelle des montants réglés en mandats territoriaux, on arrive à un achat de 3806 francs pour une valeur de 3956 francs. Un achat certes légèrement inférieur (3806 pour 3956) mais la question difficile à résoudre est de savoir comment et à combien Mathurin Baudouin s'est procuré les mandats.9

 

 

tableau simplifié des propriétaires successifs du moulin de Bois Jahant A 381

 

dates

 

Nom des propriétaires successifs

De:

 

 

Nom des propriétaires successifs A:

 

Mode d’acquisition

23 fructidor an 4

9 /09/1796

Ad 44

1 Q 699

               Du Matz

Mathurin Baudouin et Marie

Fraboul

Acheté comme bien national pour 3956 francs

10/01/1830

Ad 44

4 E 65 39

Règlement succession Mathurin Baudouin

 

Moitié du moulin à Marie Baudouin sa fille

Partage

Moitié du moulin à Jacques Baudouin son fils

08/11/1830

Ad 44

4 E 65 40

Jacques Baudouin pour sa moitié de moulin

Jacques Bricaud fils et Marie Baudouin son épouse

Achat pour 3000 francs

Construction d'un deuxième moulin sur la même parcelle

01/08/1837

Ad 44

4 E 65 53

Jacques Bricaud fils et Marie Baudouin son épouse

Louis Brochard (père) et Jeanne Rouéné, Étienne Brochard (fils) et Julienne Geffray

Achat pour 3650 francs

20/05/1844

Ad 44

4 E 65 60

Époux Brochard, père et fils

Les frères Jean et Julien Monnier

Achat pour 3500 francs

02/06/1862

Ad 44

3 Q 19 237

Les frères Jean et Julien Monnier

François Monnier, neveu de Jean

succession

Démolition datée de 1870 des deux moulins

 

 

 

     La feuille cadastrale de la veuve Baudouin (case 100), mentionne un moulin à vent taxé 120 francs, soit le double de la taxe ordinaire, et porté en 1831 à Jacques Bricaud (case 128). La feuille de ce dernier distingue sur la même parcelle deux moulins à vent taxés 60 francs chacun. Ceci sera valable pour toutes les mutations successives jusqu'en 1875 , date de l'enregistrement de leur démolition. Par contre, les actes notariés mentionnent au singulier le Moulin de Jahant.

 

Une vente à retenir celle des Brochard aux frères Monnier le 20 mai 1844.

 

 

     Louis Brochard père, époux Jeanne Rouéné et Étienne Brochard fils, époux Julienne Geffray, vendent le moulin le 20 mai 1844 aux deux frères Jean et Julien Monnier, laboureurs. L’acte de vente mentionne que sur les 3 500 francs de la vente, trois mille régleront les quatre créances contractées par les Brochard auprès de Théodule Grimard (deux créances pour un montant de 1500 francs), à Moulin père (deux créances pour un montant de mille francs) et les intérêts de ces créances soit 500 francs. Une fois leurs dettes réglées, il reste 500 francs pour les Brochard payables au 8 septembre 1844 «en bonnes espèces d'or ou d'argent au cours actuel».10

 

     Le même jour, Étienne Brochard prend à bail le moulin pour 9 ans. Il devra 940 litres de froment par an ainsi que 470 litres de blé seigle, le tout payable par mois et commençant le 23 juillet 1844.10

     Louis Brochard est présente dans l'acte notarié comme «précédemment meunier et actuellement journalier.» et son fils Étienne comme meunier résidant au moulin Jahan. Les cinq créances sont-elles la cause de cette vente ? Ce qui est certain , c'est le changement de statut social passer de propriétaire à fermier et de meunier à journalier.

 

Source Archives départementales 44 :

9: 1 Q 69 / 10: 4 E 65 60

 

Moulin Neuf et Moulin Hamon

 

Premier Moulin Neuf parcelle K 534, Révolution-1877

 

 

     Le premier propriétaire signalé est Pierre Josse dans l'état des sections du cadastre en 1828.Il est né à Saffré le 27 novembre 1781, marié le 16 mars 1807 avec Jeanne Hamon et décédé le 12 octobre 1854 à 73 ans.

     En 1850 (année cadastre), le moulin de Pierre Josse est imposé 120 francs sur la parcelle appelée « pièce du moulin».

     En 1877, ce moulin qui était taxé 120 francs est démoli par Julien Josse fils de Pierre, époux de Julienne Lemaître. Ce moulin n’apparaît plus en tant que tel dans les registres cadastraux qui suivent., On peut raisonnablement proposer comme année de démolition 1877 mais il y a reconstruction d'un moulin à vent sur la parcelle K 538 en 1878.et imposé en 1881 pour 80 francs.

 

 

     Julien Josse décède le 25 janvier 1890 à 46 ans.

 

 

 

                                                   parcelle K534  Moulin Neuf
parcelle K534 Moulin Neuf

 

Deuxième et troisième moulins, parcelle K 538, 1868-1907 / 1878-1909

 

     La parcelle K 538 d'une superficie de 87 hectares, commun de la commune est portée au crédit d'Amaury Poullain en 1839.

 

Julien Josse construit en 1868 un moulin à vapeur imposé 25 francs en 1871.Complété en 1874, ce moulin à vapeur est imposé 155 francs en 1879. Lui et son épouse font acte de donation de leurs biens le 25 octobre 1886 (Ad 44, 2 Q 7109) à leurs six enfants. Jean Marie Josse, époux Marie Lemaître hésite du moulin à vent, moulin noté détruit en 1907. Ce moulin est construit en pierres et couvert en bois. Il comprend entre autre trois paires de meules, une bluterie et nettoyage.

 

     Eugène Alexis Josse hérite de la minoterie construite en pierres , couverte en ardoises et ayant deux paires de meules. En 1909 un incendie détruit le moulin à vent.

 

    Cet ensemble de moulins reste durant tout le 19° siècle la propriété de cette famille de meuniers. On retrouve Jean Marie Josse comme propriétaire du moulin de Bohallard démoli en 1898 mais aussi comme propriétaire du Moulin Hamon qu'il transmet à ses héritiers en 1915.

 

Moulin Hamon, parcelle K 174/ K 538 Révolution-1929

 

Pierre Hamon, meunier (farinier) au village de l'Hôtel Ferrand est le premier propriétaire noté dans les états des sections du cadastre de 1828.Il décède le 15 avril 1837 à Puceul. Sa veuve Marie Dugué lègue le 21 juin 1838 par acte notarié, l'ensemble de ses biens à ses cinq enfants : Jacques,Jean, Pierre, Thomas et Jeanne épouse Hupel (cultivateurs et meunier à Vay pour Hupel.11

En échange de cette donation, leur mère leur demande annuellement « deux hectolitres trente litres de vin de vin [ou] quatre hectolitres soixante litres de cidre; cinq hectolitres six décalitres quatre litres de froment ; un hectolitre un décalitre sept litres cinq décilitres de blé noir; deux cents fagots; vingt cinq kilogrammes de viande; vingt quatre kilogrammes de beurre ; vingt cinq francs en argent ; son logement dans la maison objet de la présente donation ou ailleurs si bon lui semble ; et des vêtements selon ses besoins et ses demandes.»11

 

 

 

Ce moulin est la propriété en indivision des cinq enfants. Jacques le prend à ferme pour une durée de 12 ans du 24 juin 1838 au 24 juin 1850 pour un loyer de 144 francs annuel à terme échu «en bonne monnaie d' argent ».Le moulin est dénommé : le moulin à vent proche le village de l'Hôtel Ferrand. Sur le cadastre, il est référencé comme Moulin Hamon

 Parcelle K 174 Moulin Hamon
Parcelle K 174 Moulin Hamon

        Un état du moulin est établi : la charpente et le guivre sont en bon état, la couverture est à moitié usée, la perche du [?] est en mauvais état, les vergues en bon état, quatre [toiles] en bon état, le [marbre] à demi usé, le rouet et les fusées en bon état, les ferrures complètes et en bon état, etc.

En 1843, l'ancien notaire Amaury Poullain achète en trois temps le moulin appelé le Moulin Neuf et ses dépendances :

Le 30 janvier Jacques Hamon et son épouse Perrine Leroux lui vendent les 3/5 du moulin et un ensemble de terres pour 3 400 francs.Jacques Hamon avait racheté 2/5 de l'indivision, 1/5 à chacun de ses deux frères Jean et Thomas.12

 Le 30 mai, c'est au tour de Pierre Hamon de vendre au notaire 1/5 du moulin pour 300 francs.12

  Amaury Poullain acquiert par licitation le dernier cinquième du moulin qui appartenait à Jeanne Hupel, fille de Jeanne Hamon décédée. Il a obtenu ce dernier cinquième en portant en justice sa demande de licitation en mars 1843. Une première mise aux enchères d'un montant de 2 400 francs ne trouvant pas preneur en mai (trois bougies de deux minutes chacune),une deuxième mise à prix d'un montant minimum de 1800 francs en juillet est remportée par Amaury Poullain, personne n'ayant surenchéri (idem trois bougies).12

Le moulin restera dans la famille Poullain jusqu'en 188513, année où il est acheté 5 000 francs par Jean Marie et Eugène Josse. Le moulin est taxé 100 francs.

              La parcelle K 174 n'est plus mentionnée à partir de 1888 et l'appellation moulin Hamon semble passer au moulin sur la parcelle K 538. taxé                100 francs.

 

        L'enquête de 1923 indique Édouard Bidet comme exploitant du Moulin Neuf à eau et à vent produisant de petites quantités d'orge et d'avoine pour bestiaux. Il est précisé une production annuelle de 200 quintaux de blé écrasé pour une capacité journalière de 10 quintaux. Édouard est le fils de Narcisse Louis Josse, neveu d'Eugène et Jean Marie Josse.

Ce moulin restera dans la famille Josse jusqu'en 1929, année de sa démolition.

 

Source Archives départementales 44 :

11: 4 E 65 54 / 12: 4 E 65 59 / 13: 2 Q 7084 et 7086

 

Moulin de la Rouaudière, parcelle G 797, Révolution-1913

Ce moulin reste dans la famille Leroux, famille de meuniers tout au long du 19° siècle. Peu d'informations pour l'instant, juste une chronologie succincte de ses propriétaire successifs.

Avec au début du 19° siècle, Olivier Leroux (1735-1807) épouse Jeanne Blandin, onze enfants. Ce moulin reste dans cette famille jusqu'en 1913, date à laquelle il est déclaré «en chômage». Il n’apparaît plus dans les matrices des propriétés bâties.et est signalé comme bâtiment rural en 1915.

Un acte notarié du 16 janvier 182614 expose de façon succincte le contrat d'affermage de dix ans passé par Alexis Leroux, bailleur avec Jean Leroux, preneur. Le montant du bail est de 230 francs payable par avance en une fois à la St Jean.

Une suite possible simplifiée des propriétaires successifs de ce moulin:

Génération 1: Olivier Leroux(1735- 1807) et Jeanne Blandin

Génération 2 : Alexis Leroux (1803-1890) et Marie Tessier puis en secondes noces Françoise Daussy

Génération 3 : Alexis Leroux (1834- ?) et Marie Pélagie Blond(décédée là Puceul le 24 janvier 1886 à 57 ans)

 

 

          Source Archives départementales 44 : 14: 4 E 65 35

Neuf moulins sont répertoriés de la Révolution à 1923 mais à cette date, un seul est encore en activité :le Moulin Neuf.

     Principalement des familles de meuniers établies sur Puceul et ses environs, les Leroux pour la Rouaudière. Hamon puis Josse pour le moulin Hamon, avec l’intermédiaire du notaire Amaury Poullain sur une quarantaine d'années qui pratique l'achat et la revente de propriétés foncières (nombreux actes notariés le concernant comme acheteur, vendeur ou bailleur). Le premier moulin de Bois Jahant reste dans la famille de meuniers Baudouin /Bricaud, le deuxième passe de la famille Baudouin à la famille Monnier avec un intermède Brochard de moins de dix ans.Par contre, pour le moulin de Bohallard, pas de transmission dans la même famille mais différents acheteurs résidant par exemple à Chantenay, Le Grand Fougeray ou Joué-sur-Erdre ou n'ayant aucun rapport avec la meunerie (chapelier Plantard).

   Le  diagramme ci-dessous présente la chronologie des moulins en activité, les dates de début et de fin étant arrondies pour simplifier la présentation. La durée d'activité de chaque moulin est précisée dans son étiquette.

 

Travail de M. Passalacqua pour l'Asphan le 5 décembre 2023



 

ACCUEIL -  VIDÉOS/PODCASTS - PRESSE - SITES PARTENAIRES - CONTACT

Nota bene : Le site de l'ASPHAN est constamment en évolution, si vous êtes en possession de photos (ou de textes) pouvant nous intéresser, nous vous serions reconnaissant de nous en faire part, afin que nous puissions les scanner et les incorporer au site, avec les légendes ou textes  qui pourraient les documenter, nous vous en remercions d'avance, ainsi que de votre compréhension…