ASPHAN

Association de Sauvegarde du Patrimoine Historique et Artistique de la région de Nozay


Les temps modernes 

Le début du XVIè siècle balaie ce qui caractérise le Moyen Âge français. Tout d’abord, la région est bouleversée par d’importants changements politiques. En effet, si Anne de Bretagne a gouverné son duché avec habilité et en toute indépendance jusqu’à sa mort (1515), sa fille Claude qui lui succède laisse la jouissance de la Bretagne à François Ier. Celui-ci fait décider par les États de Bretagne la réunion du duché à la France (1532). A un niveau plus local, la seigneurie de Nozay perd son autonomie et est absorbée par la baronnie de Châteaubriant. De plus, depuis 1475, le duché prend des mesures contre la noblesse et le clergé, provoquant la révolte des seigneurs. Cela profite en revanche à la bourgeoisie qui accroît ses privilèges. Au XVIè siècle, de nouveaux personnages comme Pierre Piraud ou Pierre de Cornulier apparaissent à Nozay. Un monde moderne est en train de naître. . .

 

LA RENAISSANCE

Aux XVIè et XVIIè siècles, la période de transition qu’est la Renaissance s’annonce ainsi de façon forte chez nous. Au début du XVIè siècle, la seigneurie de Nozay appartient donc aux Laval, barons de Châteaubriant.

 

François Ier à la Ville-au-Chef ! 

Jean de Laval et son épouse, Françoise de Foix, participent au rayonnement de notre petite région. Ils accueillent ainsi le roi de France, François Ier, du 25 juin au 5 juillet 1532, dans leur manoir de la Ville-au-Chef. Celui-ci est en tournée dans le duché de Bretagne pour présenter à ses sujets le nouveau Duc d’une Bretagne fraichement unifiée au royaume : le Dauphin en personne.

 

Mais, vers 1539, Jean de Laval fait don de sa seigneurie de Nozay au connétable Anne de Montmorency. Un siècle plus tard, son descendant Henri II de Montmorency, gouverneur du Languedoc, se met à la tête d’une rébellion contre Louis XIII et Richelieu. Il est décapité et ses biens sont donnés au prince de Condé. A partir de ce moment là, ce sont donc les Condé qui ont le pouvoir sur Nozay et ce jusqu’à la Révolution. La vieille église de Nozay garde le souvenir de Henri II de Bourbon, prince de Condé, à travers une lître funéraire.

 

JPG - 25.2 ko
Lître funéraire en l’honneur de Henri II de Bourbon, Prince de Condé



JPG - 1.4 Mo
Portail du château de la Touche
JPG - 11.4 ko
Le manoir de la Naulière

En parallèle, Pierre Piraud, secrétaire du Roi en son Conseil de Bretagne, se rend en 1534 acquéreur du château de la Touche, à proximité du bourg. Sous ses successeurs, les Cornullier, La Touche prend de l’importance, au point qu’elle finit par devenir la plus grande seigneurie vassale du seigneur de Nozay, et est même érigée en châtellenie. 



Des bouleversements concernant la religion voient également le jour. L’an 1560 voit l’organisation des protestants. Des violences ont lieu contre les Réformés. Nozay aurait possédé un temple et un cimetière protestants situés près de l’auditoire (actuelle mairie). En 1596, Henri IV signe l’Edit de Nantes accordant aux protestants la liberté de conscience.



LE XVIII SIECLE

Après la Renaissance, s’ensuit une période de déclin à Nozay. Des notables, enrichis par la traite des noirs, se constituent des domaines dans nos campagnes. Les nouveaux personnages influents de la région sont des aubergistes et des maîtres de relais de poste principalement sur le grand chemin de Nantes à Rennes.

A partir des années 1770, le royaume de France connaît de graves difficultés financières et sociales. La paroisse de Nozay vit sous l’autorité du prince de Condé, qui comme tout les grands seigneurs nobles, exerce son pouvoir d’une manière jugée injuste par la population.

JPG - 763.7 ko
Extrait du cahier de doléances de Nozay

Le 5 avril 1789, les habitants de Nozay se réunissent dans la sacristie de l’église Saint Pierre aux Liens pour rédiger un cahier de doléances.

Ce sont surtout des marchands ou des artisans qui se rassemblent pour discuter et exprimer leurs mécontentements et leurs craintes. Le cahier de doléances de Nozay est très influencé par ceux de Nantes et Rennes. A l’instar de nombreuses paroisses, on proteste contre les inégalités devant l’impôt, on réclame l’égalité des droits du Tiers par rapport aux autres ordres. 





De la paroisse à la commune ... 

JPG - 783.4 ko
Ancienne borne

Les premières années de la Révolution Française sont marquées à Nozay par des réformes administratives. En décembre 1789, l’Assemblée constituante crée et organise les communes ainsi que les départements. La paroisse de Nozay est alors remplacée par une commune qui appartient désormais au département de la Loire-Inférieure comme en témoigne la borne ci-contre.

 

De 1790 jusqu’à 1794, le climat est plus tendu et agité. Par exemple, l’année 1793 est très mouvementée ! Les prêtres réfractaires, menacés de persécutions et d’emprisonnement, se cachent dans la forêt du Gâvre. Les 12 et 14 mars, après Vay, la commune de Nozay est envahie par des bandes royalistes qui persécutent les patriotes de la commune !!! Ils s’en prennent au curé constitutionnel, Louis Hardy, et saccagent la cure.

 

Au-delà, des mesures politiques et administratives, la Révolution Française a permis l’émergence d’une nouvelle strate de la société. Des notables connus sous les noms de Toussaint Heureux, Jean-François Besnier, Julien Dubourg s’emparent des rênes municipales. Ils mettent en place un idéal réformateur sans prendre pour autant des mesures extrémistes.

 

Nota bene : Le site de l'ASPHAN est constamment en évolution, si vous êtes en possession de photos (ou de textes) pouvant nous intéresser, nous vous serions reconnaissant de nous en faire part, afin que nous puissions les scanner et les incorporer au site, avec les légendes ou textes  qui pourraient les documenter, nous vous en remercions d'avance, ainsi que de votre compréhension…


…Et des bénévoles, nous en avons besoin, nous cherchons du "sang neuf".

Que vous soyez "actif" ou "retraité" pour compléter l'Équipe, vous serez les bienvenus…

Vous trouverez une bonne ambiance, amicale et conviviale, n'hésitez pas à nous contacter…

À bientôt ?