____________KERMESSE A NOZAY____________


  Le monologue ci-dessous, écrit avec des mots en patois de la région, est très intéressant dans son descriptif du : défilé, des divers stands sur le terrain et de l’ambiance d’une kermesse à Nozay entre 1940 et 1950.

 

    Si on tient compte du texte, l’auteur inconnu de ce récit est peut-être un parent de Mr Félix Paviot cordonnier rue Alexis Letourneau ; son gendre Mr Emile Baguet avait pris sa suite et ouvert un magasin de chaussures.

 

Avis au lecteur : ce texte où se mélangent patois et français peut paraître difficile à quelqu’un qui n’a jamais entendu ce parler ? Bonne lecture tout de même.  

 

 

   Une dizaine d’année auparavant, l’article ci-contre du Courrier de Châteaubriant de Juillet 1931 (AD 44 archives numérisées) décrit à peu près la même chose.

 


La Kermesse « Le retour du père Mathurin »

 

        Eh ben ! le v’là le père Mathurin, vous l’craillez mort, nenni, je se core pas foutu, j’vas vous dire : l’aute dimanche j’aveu attle la grise pour v’nir à la kermesse de Nozaille, j’parti d’chez mail vers 10 heures, pensez donc, v’nir de l’oute couté de Guinouvry, du Tahin, ça fait un bout, mais je n’regrette point, car j’en ai ti vu des belles chouses.

 

       J’arrivi à la ville vers 11h1/2, j’mis la jument dans le tail à Pierre Bizeul et j’alli mangeu chez le cousin Filis Paviot, le cordonnier, vous devez ben l’connaîtr . Oh dame j’ai ben mangeu et ben bu du bon quail, y m’attendeu pourtant point, mais y’ aveu du monde chez li, un gars de Nantes avec toute sa marmaille.

 

 Eh j’vas vous dire tout c’que j’ai vu dans c’te pays, j’creu que j’m’en rappellereu longtemps.

 A 1 heure y’aveu le défilé qui z’appelle çà ieux.  La musique, qui marcheu ben, les gâs qui buffeu dans des tuyaux, d’autes qui tapeu su des grousses boites de conserves, grousses comme des bidons à peutrole, y’en aveu un qui teu tout seul et qui tapeu avec un artichiaut  su une grousse lune qui s’teu attache su l’vente, conte li, un aute qui frotteu deux piats en fer...en faiseu ty du bruit! mais çà marcheu vrail ben…..Derrière ieux y’aveu un gendarme, un biau p’tit gas, teu ti mignon, çà d’veu êtes le service d’ordre….derrière c’te gendarme, y’aveu un grand doribiau, qui teu coiffeu d’un grand chapiau pointu, avec des étoiles dessus et habilleu avec un grand manteau rouge, je n’seu pas qui c’teu c’te grand fi d’garce là, mais il aveu d’là prestance...autour de li y’aveu toute une bande de marmaille habilleu en rouge et en naille avec des p’tits bonnets et des p’tites feuilles, est teu ben mignonnes.

 

       Après y’aveu un monsieur qui m’neu une voiture fleurie, dans c’te voiture c’te Barbe Bleue qui m’ont dit, il aveu un grand coutiau et une grande clef, iteu au couté d’sa femme, et y’en aveu d’autes voitures fleuries, à qui les plus belles. Derrière Barbe Bleue, ça teu le Chat botté, c’te ben avec tous ces p’tits gars d’chez nous avec leur ratiaux……...Après çà changeu, c’teu des belles filles de Nozaille ; à qui les plus belles al teu toutes habillées avec des robes de souée et affublées d’un grand chapiau pointu comme les fées...Ah les gars si vous v’lé vous marieu, vous n’avez que l’embarras du choix, allez-y.

 

Suiveu donc derrière les fées un vilain gars, qui n’aveu qu’une mèche de ch’veux juste su l’milieu de la tête, il l’appleu Riquet , iteu entouré de p’tits cuisiniers ben comme y faut, c’teu vrail ben …..et ça defileu tout l’temps, Piau d’Âne, le p’tit  Poucet et le mechand Ogre…..et pis  v’neu le père et la mère Jacob, deux pays qui teu v’nu faire un tour à la kermesse….Y’en aveu du monde ça n’arrêteu pas, le Chaperon rouge, entoureu de tout un tas de belles filles,  j’cre que les gâs de Nozaille y s’ront point en peine pour s’marier, si y’en a qui restent c’est ben d’ leur faute, car toutes ces filles qui attendent et qui ne demandent que ça . Et pis v’là la fin, la belle chârte avec une jolie reine dedans, assise sur son pied denstrale, mais dame qui te entoureu d’sept d’vilains gens, y m’ont dit que c’teu Bianche Neige.

 

   J’avons suivi le défilé, y’en aveu du monde, c’est dommage qui mouilli un p’tit. Arriveu à l’entrée, a fallu payer, j’ai ben marchandeu mais le sien qu’éteu là, y v’li rin savoir, tant pis j’payi ; mais dame rentreu d’dans, qu’elle foule, c’te comme à la fouère de Bere une année ;

 

A drète en montant, y’en aveu qui vendeu des pianches en bois, pour gagner des lapins, là j’ne gagnis rin ; mais les siens qu’étaient là y saveu  ben faire faire l’article ça d’veu être des voyageurs de commerce car y zaveu la langue ben pendue….un p’tit pu haut c’te l’café, j’bu un bon coup de cide, c’est là que je r’trouvi le père Jacob et sa bon’femme; j’avons mangeu des galettes et des saucisses...c’te bon faut pas dire…..en remontant y’a veu un gâs qui faise jouer les autes, c’te un baquet piein d’iau, avec une assiette au mitant, falleu j’te une pièce dedans, mais les faillies pièces a tombeu toutes dans l’iau et le sien qui joueu y te bézeu à toutes les failles... c’te un bèze nigaud……..Après, c’te la buvette au vin...ah dame fallu ben l’gouter c’te pinard là, qui te bon, j’en avons ti cor liché, mais ‘ya veu pas qu’mail, y en aveu deux qui prêcheu dans une espèce de téléphone, y ziéteu  tout l’temps rendu, je songe que l’sail y d’veu ête temps d’arrêteu… En remontant l’allée après la buvette, j’trouvis c’te doribieau qui teu dans le défilé, y teu en train d’vend du sucre du chocolat et du tabac, y vendeu çà comme y vleu, y’en aveu pas assez pour tout le monde ; J’y ai causeu, y m’a dit qui v’neu d’la lune avec la bombe atomique, y m’en a ti dit et raconteu, y m’a même dit que j’aurions de la neige au mois d’Aout (il est fou, ma fail avec sa bombe atomique). A la baraque d’après y vendeu des bonbons, j’en ach’ti une pochonnée pour emporter à mes p’tits garçailles, … à côte c’te Tante Terrine qui elle vendeu des nouilles et des maugettes, est teu ben dans son p’tit coin et mine de rin est vendeu ben. En face y’aveu des surprises, là y’aveu la presse, la dame qui vendeu là d’vait faire une bonne commerçante…….pis à couteu y vendeu des billets de tambola, j’en ach’tit et at sail j’vas voir commnent qu’çà  s’tire, car j’sais v’nu exprès de Guinouvry, ….après c’teu la pêche à la ligne, là, cà mordait à tous les coups, çà n’arrêti pas ….en descendant y vendait des biaux jouets, un biau drap de noce, y teu vendu quand j’passi…..Après c’teu les belles filles qui s’époumonne conte un monsieur qui tapeu sur une musique, qui zapelle çà un planeau ….A coteu c’teu des jeunes filles qui vendaient des livres, des livres qui parle d’amour...ah les gars tapeu donc là pour vous marier, vous s’rez point r’fuser et c’est des filles de chez vous, vous les connaissez ben …

J’fis toutes les baraques... pu bas s’teu les affaires de poupons, c’est pu d’mon âge c’te quail là, pourtant y m’fite l’article, surtout une que je n‘connaissais point. Pu lin c’te là qu’on mange des gâtiaux, buve du chocolat ou du café...j’bu un café y teu bon, mais v’la, y manqueu  qu’êqu’chose dedans, une bonne goutte  et une bonne rincette après….J’je prêt à partir quand j’trouvi mon parent Filis Paviot, qui m’dit qu’y’aveu un cirque, c’est vraille, j’la veu ben vu arriveu mais je n’saveu pas où ite foureu;  j’allis donc au cirque, là y m’bezi cor 10frs, mais ça n’fait rin, j’ai bin ri, c’te biau, des monsieurs avec des paletiaux tout bians, qui vous disent où se sieuté, et pis quand çà commenceu un aute monsieur qu’aveu un fouet, on m’a dit que c’te l’patron, y n’aveu plus d’cheveux d’su l’cailloux, y presenteu pourtant ben,… mais les autes, quelle gueule y zaveu,.. des tout rouges, des tout bians, des tout verts, qu’est c’que c’teu tous ces gens-là, en tous cas y m’ont ben amuseu….y’ en aveu un qui mangeu des bougies allumées et qui après a sortaient encore tout allumées par l’derrière, çà d’veu ly brûleu les bouilliaux, y freu pas mal de v’nir chez nous pour nous éclaireu, car j’n’avons cor point l’atrecité….et pis y sont forts ces gâs là y z’en connaissent des babouinettes, y devrai v’nir à la veillée pour nous amuseu , car j’vous l’dit j’ai ben ri…..En revenant du cirque y’a veu des jeunes gâs qui teu entrain de foute par la goule à Hitler, j’leu criait «allez-y les gâs» y tapeu d’dans mais y tombeu pas à tous les coups, et pis y’en avez d’autes qui teu montés su un grand ch’veau en bois et qui s’batteu à coups de sacs, çà tombeu ty les gars c’ste un vrail plaisir.

 

   Faudrait ben que j’finisse car j’va vous casser la tête avec toutes mes histouères dans c’te kermesse, seulement j’aveu oublié d’vous dire que j’se cor passé à la buvette en m’en r’tournant et les deux gâs du téléphone iteu cor là, le sien de Guémene, y vle m’emmneu...j’cre qu’j’ai core été rendu pu vite que li à Guinouvry, car y teu tous les deux au bistro et en bonne compagnie, vantié ben avec les marchandes de livres.

 




 

ACCUEIL -  VIDÉOS/PODCASTS - PRESSE - SITES PARTENAIRES - CONTACT

Nota bene : Le site de l'ASPHAN est constamment en évolution, si vous êtes en possession de photos (ou de textes) pouvant nous intéresser, nous vous serions reconnaissant de nous en faire part, afin que nous puissions les scanner et les incorporer au site, avec les légendes ou textes  qui pourraient les documenter, nous vous en remercions d'avance, ainsi que de votre compréhension…