Le départ du Nozéen


(air :  La Paimpolaise)

1er couplet

                  Quittant le lieu de sa naissance

                  Quand s’éloigne le Nozéen

                  Pour faire son beau tour de France

                  Il entonne ce gai refrain

                  Que le pauvre gars – fredonne tout bas

                  J’aime Nozay, la ville pleine

                  De gaieté, de folles chansons ;

                  J’aime surtout la Nozéenne

                  Sans rivale dans le canton.

 

2ème couplet

                  Prenant un bâton de voyage

                  Sur l’épaule son baluchon

                  Muni de ce mince bagage

                  Il disparaît à l’horizon,

                  Et le pauvre gars – fredonne tout bas

                  Adieu Nozay; ses belles plaines

                  Riantes au temps des moissons

                  Me font aimer les Nozéennes

                  Qui sont la joie de nos maisons.

 

3ème couplet

                  Il contemple sur son passage

                  La Vendée au parler si lent

                  Les belles filles du bocage

                  Larges coiffées de tulle blanc

                  Et le pauvre gars – Chantonne tout bas

                  Vraiment la jolie Vendéenne

                  A grand air et belle façon,

                  Mais j’aime mieux la Nozéenne

                  Que la Sablaise au court jupon.

 

4ème couplet

                   Il arrive dans la Gironde

                   Etonné d’entendre parfois

                   La Bordelaise pudibonde

                   Qui le raille dans son patois

                   Et le pauvre gars – murmure tout bas

                   Oui-dà, le pays de Guyenne

                   Avec son fort accent gascon

                   Fait sourire la Nozénne

                   Qui n’entend rien de ce jargon.

 

5ème couplet 

                   La grande ville de Toulouse

                   Comme la Rome de Néron

                   Est toujours fière et bien jalouse

                   De son capitole en renom

                   Mais le pauvre gars  - ne s’en émeut pas;

                   Pour conter à la Toulousaine

                   Que plus belle est dans son pays

                   La pyramide Nozéenne

                   S’élançant vers notre ciel gris.

 

6ème couplet

                   Mais parfois l’existence est dure

                  Et fatiguant est son labeur ;

                  Mais les souffrances qu’il endure

                  Ne font qu’accroître son ardeur

                  Et le pauvre gars – qui ne bronche pas

                  Puise du courage à la peine

                  Le bras las, et la sueur au front;

                  En songeant à la Nozéenne

                   Dont les beaux yeux le reverront.

7ème couplet

                  Sous le beau ciel de Provence

                  Qui captive les voyageurs

                  Le Marseillais plein d’éloquence

                  Vante Marseille et sa splendeur

                  Mais le pauvre gars – lui répond tout bas

                  Mon cher, la cité phocéenne

                  Té, mon bon, ce n’est pas si grand

                  Que ma campagne nozéenne

                  Marseille danserait dedans.

 

8ème couplet

                   Sur la colline de Fourvière

                   Le promeneur souvent côtoie

                   La Lyonnaise qui semble fière

                   Drapée dans sa robe de soie

                   Et le pauvre gars – lui chante tout bas

                   Femmes de Lyon , de Saint-Etienne

                   Parées de soieries de velours

                   N’égalent point la Nozéenne

                   Dans sa toilette des grands jours.

 

9ème couplet

                   La Champagne aux fertiles terres

                   Produit d’excellents vins mousseux

                   Dont n’usent pas les prolétaires

                   Les travailleurs aux bras nerveux

                   Et le pauvre gars – fredonne tout bas

                   Votre fameux vin de Champagne

                   Est moins pétillant , ni si bon

                   Que notre cidre de Bretagne

                   Lorsqu’on fait sauter le bouchon.     

                  

10ème couplet

                     En entrant dans la capitale

                     Le parisien toujours gouailleur

                     Vient dire que la provinciale

                     N’a jamais sut charmer son cœur

                     Mais le pauvre gars – riposte tout bas

                     Parisien des bords de Seine

                     De Montmartre ou Ménilmontant

                     Ta si gentille parisienne

                     C’est une poupée de vingt ans

 

11ème couplet

                      Après trois ou quatre ans d’absence

                      Il s’en revient gai compagnon

                      Ayant une  belle prestance

                      Quelques brins de barbe au menton

                      Et le pauvre gars – Ne chante plus tout bas

                      Mais entonne tout d’une haleine

                      Ce gai refrain de sa chanson

                      J’aime toujours la Nozéenne

                       Qui m’attend au pays breton.



Nota bene : Le site de l'ASPHAN est constamment en évolution, si vous êtes en possession de photos (ou de textes) pouvant nous intéresser, nous vous serions reconnaissant de nous en faire part, afin que nous puissions les scanner et les incorporer au site, avec les légendes ou textes  qui pourraient les documenter, nous vous en remercions d'avance, ainsi que de votre compréhension…


…Et des bénévoles, nous en avons besoin, nous cherchons du "sang neuf".

Que vous soyez "actif" ou "retraité" pour compléter l'Équipe, vous serez les bienvenus…

Vous trouverez une bonne ambiance, amicale et conviviale, n'hésitez pas à nous contacter…

À bientôt ?