Les quatre frères Lembezat


Les Lembezat sont les seuls descendants de Jules Rieffel, le créateur et le premier directeur pendant 50 ans de l'école nationale d'agriculture de Grand-Jouan à Nozay. En effet, seule leur fille Camille atteint l'âge adulte. Celle-ci épouse Jean-Baptiste Lembezat, professeur à l'école. Après quelques années à Nozay, le couple s'installe et fait souche en Algérie. Leur petit fils, Lucien Lembezat garde toujours des terres agricoles en territoire algérien en 1914, tout en habitant désormais Rieffeland, la maison de son grand-père. Cela explique que deux de ses fils furent intégrés dans des régiments « indigènes ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En arrière de Lucien et Mathilde Lembezat, on retrouve leurs enfants, quelques temps avant la guerre, à Rieffeland, soient Maurice (décédé en 1909), Christian (décédé au combat, en 1914), Henri, (combattant en 1914/1918, mort vers 1970), Jean (décédé au combat, en 1915), Pierre (invalide de guerre et mort en 1971 à Rieffeland) et Yvonne (décédée en 1970).


Christian Lembezat

Christian Lembezat est l'aîné de la famille Lembezat.

Il est né en 1882, dans les Landes. A la veille des combats, il a 32 ans et est célibataire.

Pendant la guerre, il appartient à la 2ème compagnie du 1er régiment de marche des tirailleurs algériens. C'est un officier avec le grade de lieutenant. Le 4 ou 5 novembre 1914, il est blessé au combat près de Neuville-Saint Vaast, dans le Pas de Calais.

 


Il décède, de ses blessures, le 9 décembre 1914 à l'hôpital-auxiliaire de Bordeaux. Ses obsèques ont lieu dans l'église Notre-Dame de Bordeaux, le jeudi 10 décembre 1914 et son corps est rapatrié, ensuite, à Nozay, pour reposer dans la chapelle familiale de Limerdin.

 

Il est, au vu de l'héroïsme dont il a fait preuve sur le champ de bataille, élevé, à titre posthume, chevalier de la légion d'honneur. Il reçoit également la croix de guerre.


Jean Lembezat

Jean-Camille Lembezat est né à Rieffeland, en 1884 où il passe sa jeunesse. Il suit, ensuite son père, régisseur, de 1899 à 1909, chez le baron Maurice Gérard, maire de Maisons, dans le Calvados. Il est, ensuite, étudiant à l'école d'agriculture de Grand-Jouan à Rennes. Il s'engage, en 1904, dans l'armée où il devient sous-lieutenant.


En 1906, il obtient son diplôme d'ingénieur-agronome. Il embarque pour l'Egypte où il devient ingénieur auprès des Sucreries du Nil. Il rencontre Marcelle Le Fée, originaire de Bulgarie, qu'il épouse le 05 août 1914, juste avant d'embarquer pour la France, le 12 août 1914. Sous-lieutenant de réserve à la 5ème Compagnie du 36ème Régiment d'infanterie, il meurt le 09 juin 1915, d'une balle en plein front, à Neuville Saint-Vaast, pendant la bataille d'Artois. C'est dans cette même ville, que son frère Christian, fut six mois auparavant, grièvement blessé et décèdera, quelques jours plus tard, à Bordeaux.

Jean Lembezat est cité à l'ordre de la division « A été tué au moment où, sous un bombardement terrible et sous une pluie de balles, il entrainait sa section à l'assaut des maisons d'un village »

 

 

Ce 09 juin, il laissera une veuve, Marcelle et deux fils, Bertrand, âgé de deux ans et Maurice, âgé d'un an. Celui-ci tombera, également, au champ d'honneur, en mai 1940. Il repose dans la chapelle de Limerdin.


Pierre Lembezat

Il est né en 1890 à Ameur-El-Aïn, en Algérie, dans l'exploitation de ses parents. Il a 24 ans en 1914.  Célibataire, il est étudiant en agriculture. Pendant la guerre, il appartient au 26ème régiment d'artillerie coloniale où il est officier avec le grade de lieutenant.

Gazé, dans l'Aisne, sur le chemin des Dames. Il est décoré, en 1918, de la croix de guerre avec étoile d'argent pour sa conduite calme et réfléchie lors de l'attaque aux gaz toxiques. Sa fiche militaire mentionne qu'il est atteint d'une tuberculose pulmonaire. Il ne gardera l'usage que d'un quart de ses poumons. Il est également bénéficiaire de la légion d'honneur. Après la guerre, il restera dans l'armée. Aux décès de ses parents, au cours de la Seconde Guerre Mondiale, il devient propriétaire du domaine de Rieffeland où il décède en 1971. Il repose dans la chapelle de Limerdin.

 

 



Henri Lembezat

Henri Lembezat est né à Nozay, en 1886. Étudiant ecclé-siastique, il est ensuite professeur de lettre en 1909.

En 1910, il entre au grand séminaire de Nantes. Il est ordon-né, prêtre-mariste, en juin 1912.

Il est affecté, ensuite, au collège Saint Joseph d 'Ancenis. Il est rappelé, en août 1914, au 264ème Régiment d'Ancenis.

En mai 1915, il part au front d'où il est évacué, en juin 1915, pour pleurésie. Il est détaché à l'inspection des forges de Nantes, en avril 1917.

Il est démobilisé en mars 1919. En 1920, il déménage à Barcelone. Dans les années 1920/1930, il habite le Var. Vers 1960, il revient fréquemment, chez son frère à Rieffeland et officie à la chapelle de l'hôpital de Nozay.

Il décède en 1970, à l'âge de 84 ans et il repose à la chapelle de Limerdin.



LES SOURCES : Dominique Poulain de l'Agro-campus Rennes (photos), Hélène Vannier ,la petite-fille de Jean Lembezat (archives et photos familiales)  ,le  site « Mémoire des Hommes), l'Asphan (photos),le  livre "Les enfants de Pays Nantais et le XI corps d'armée" par Emile Gabory.

 

 

Nota bene : Le site de l'ASPHAN est constamment en évolution, si vous êtes en possession de photos (ou de textes) pouvant nous intéresser, nous vous serions reconnaissant de nous en faire part, afin que nous puissions les scanner et les incorporer au site, avec les légendes ou textes  qui pourraient les documenter, nous vous en remercions d'avance, ainsi que de votre compréhension…


…Et des bénévoles, nous en avons besoin, nous cherchons du "sang neuf".

Que vous soyez "actif" ou "retraité" pour compléter l'Équipe, vous serez les bienvenus…

Vous trouverez une bonne ambiance, amicale et conviviale, n'hésitez pas à nous contacter…

À bientôt ?