Le chêne à la Vierge de Rouans

 

Numéro d'ordre sur la carte : 15

 

 

En 2017, le chêne est mort, complément étouffé sous une masse de lierre. S'échappant de celles-ci, quelques branches dont certaines sont encore conséquentes, gardent une réelle puissance. Au cœur de l'épais manteau de lierre, un petit oratoire protège une vierge de faïence blanche. Ce lieu est régulièrement orné de fleurs naturelles déposées par une habitante. Le propriétaire de cet arbre et de l'ensemble des terrains proches, la société Charier de Montoir de Bretagne, interdit toute destruction de l'arbre et de ses branches, y compris par les agriculteurs travaillant les terres attenantes.

Difficile de donner un âge à cet arbre ! Selon l'écho paroissial de 1932, plusieurs chênes se seraient succédés à cet emplacement au fil des ans.

Ce site est un lieu de dévotion marial ancien. On y venait après la messe du dimanche, lors des processions des rogations ou lors de la foire de Beaulieu. Disparues, des croix de bois ou de fer étaient prises en charge par le propriétaire du manoir proche, dénommé Petit-Perret. Lors des processions des rogations, la statuette était ornée d’une couronne de fleurs blanches. Le site de Rouans était l'un des deux terminaux des processions des rogations (avec celui de Limerdin) et une messe était dite près du chêne. On installait pour cela des bancs sur la route.

L'importance religieuse de ce site se retrouve dans nos archives. Un chemin, le chemin des Moines, menait directement de l'ancienne église de Nozay, au Vieux-Bourg, à ce chêne, en passant par la maladrerie (disparue), la croix rouge et le manoir du Petit-Perret (disparu également).

Cet arbre mesure 9 mètres de haut pour 8 mètre de circonférence à la base de l’arbre (en 2017)

 

 

Où le trouver ? Près de la route de Nozay à Nort, à l'entrée du lieu-dit Rouans.

Est-il visible du domaine public, oui

 

 

Fiche botanique :

 

De quelle variété était le chêne de Rouans ? C'était un chêne à feuilles caduques mais au vu de l'état de l'arbre, il est difficile de retrouver l'espèce en place. Trois espèces étaient présentes sur notre territoire : le chêne sessile, le chêne pédonculé et le chêne pubescent. En gallo, chêne s'écrit : chêne.

 

Témoignages

 

Témoignage de madame Carcouet, et de madame Garnier habitant le « village » de Rouans, recueilli par Daniel Nouvel, en novembre 2017 :

 

« Situé à l'angle d'un croisement de deux routes, en arrivant au village de Rouans, cet arbre est appelé le chêne de la Vierge, dans un ouvrage des archives municipales, l'inventaire des chemins ruraux en 1833. On lit dans ce document, que le chemin des Moines passe par le village de Rouans et se termine au chêne de la bonne Vierge. On allait, en procession, pour les rogations à ND du Chêne. La procession partait des croix de la route de Nort (dans le bourg), passait par la Croix-Colas sur la route de Puceul pour arriver à ND du Chêne où une messe était célébrée. C'était le lundi ou le mardi, le mercredi étant réservé au circuit menant à Limerai. Pour la cérémonie des Rogations, on installait, au pied du chêne, un autel fait de planches mises sur des piquets. Une nappe blanche était jetée dessus. Des bancs étaient placés sur le chemin (non encore une route). La statue de la Vierge était entourée d'une couronne de fleurs blanches : aubépines, lilas ou autres fleurs. Ces processions ont dû se terminer vers 1980 (?) »




Nota bene : Le site de l'ASPHAN est constamment en évolution, si vous êtes en possession de photos (ou de textes) pouvant nous intéresser, nous vous serions reconnaissant de nous en faire part, afin que nous puissions les scanner et les incorporer au site, avec les légendes ou textes  qui pourraient les documenter, nous vous en remercions d'avance, ainsi que de votre compréhension…


…Et des bénévoles, nous en avons besoin, nous cherchons du "sang neuf".

Que vous soyez "actif" ou "retraité" pour compléter l'Équipe, vous serez les bienvenus…

Vous trouverez une bonne ambiance, amicale et conviviale, n'hésitez pas à nous contacter…

À bientôt ?